IEF Santé

Les effets secondaires de la dompéridone (Motilium®)

La dompéridone (Motilium®), de même que la métopimazine (Vogalène®)
et le métoclopramide (Primpéran®, Prokinyl®), appartient à la famille
des antagonistes des récepteurs de la dopamine aux propriétés
antiémétiques.

Ce sont des neuroleptiques cachés qui possèdent un certain nombre d’effets indésirables des neuroleptiques.

La dompéridone est un antagoniste dopaminergique à action périphérique prédominante
(stimulation de la motricité intestinale et accélération de la vidange
gastrique). Elle traverse moins facilement la barrière
hémato-encéphalique que la métopimazine et le métoclopramide qui sont
des antagonistes dopaminergiques à action périphérique et centrale.

Des études épidémiologiques ont mis en évidence une association entre
la prise de dompéridone et un allongement de l’intervalle QTc avec
augmentation du risque d’arythmies ventriculaires graves (Torsades de
Pointes ou TdP) et de mort subite. Le risque est plus élevé chez
certains patients : âge supérieur à 60 ans, allongement connu de
l’intervalle QTc, troubles du rythme cardiaque, maladie cardiaque
sous-jacente telle qu’une insuffisance cardiaque congestive, troubles
électrolytiques (hypokaliémie, hypomagnésémie). Nous avions évoqué le
problème des Torsades de Pointes dans l’apostille N°16 du 14/05/2019 à
propos du retrait du fenspiride (Pneumorel®).

Le Résumé des Caractéristiques du Produit (RCP) et la notice de la
dompéridone ont été modifiés ces dernières années afin de réduire ce
risque : restriction des indications, réduction des posologies,
limitation de la durée de traitement, ajout de contre-indications et de
précautions d’emploi. La seule indication de la dompéridone est
aujourd’hui le soulagement des symptômes de type nausées et vomissements
chez les adultes et les adolescents âgés de 12 ans et plus et pesant 35
kg ou plus. La prescription doit être limitée à la durée de traitement
la plus courte possible (7 jours maximum) et à la dose la plus faible
possible, sans dépasser 30 mg/jour (3 prises de 10 mg).

La voie métabolique principale de la dompéridone impliquant le
CYP450/3A4, l’administration concomitante de puissants inhibiteurs du
CYP3A4 (antifongiques azolés systémiques, antibiotiques de la famille
des macrolides, jus de pamplemousse) est contre-indiquée car susceptible
d’entraîner une augmentation des concentrations plasmatiques de
dompéridone et d’accroitre le risque cardiaque. Pour des raisons
pharmacocinétiques, les médicaments à base de dompéridone sont également
contre-indiqués en cas d’insuffisance hépatique.

La prise concomitante de médicaments connus pour allonger
l’intervalle QTc (toujours lire le RCP !) est également contre-indiquée.
La prudence est de rigueur avec les médicaments qui induisent une
bradycardie ou une hypokaliémie, deux facteurs aggravant le risque de
déclenchement de Torsades de Pointes.

Un autre effet secondaire de la dompéridone est la galactorrhée.
Cet effet s’explique par l’action de la dompéridone (antagoniste de la
dopamine) au niveau de l’hypophyse avec libération de prolactine. Cet
effet est recherché par certaines femmes pour stimuler la lactation.
Cette indication n’est reconnue par aucune autorité de santé et le RCP
précise bien que la dompéridone ne doit pas être utilisée au cours de
l’allaitement car elle est excrétée dans le lait maternel (risque de
troubles neurologiques centraux chez les nourrissons exposés).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

SoignezConnecté

GRATUIT
VOIR