IEF Santé

Dépistage précoce de la BPCO par les médecins généralistes

La bronchopneumopathie chronique obstructive (ou BPCO) est
une maladie chronique inflammatoire des bronches responsable d’un
trouble ventilatoire obstructif irréversible dont le diagnostic repose
sur la spirométrie.

Plus de 80% des cas sont attribuables au tabagisme actif ou passif. Maladie en pleine expansion, la BPCO est en passe de devenir la troisième cause de mortalité par maladie dans le monde.

Du fait de l’accroissement du tabagisme chez les femmes au cours des
dernières décennies, la BPCO touche désormais presque autant les femmes
que les hommes. Elle concerne en France plus de 3 millions de personnes
dont 130 000 sont au stade de l’insuffisance respiratoire chronique avec
oxygénothérapie de longue durée. Elle est responsable chaque année dans
notre pays de près de 17 000 décès.

La BPCO est largement sous-diagnostiquée et on estime que deux-tiers des malades ignorent qu’ils sont atteints.
Les signes cliniques (toux, expectorations, dyspnée) apparaissent de
façon insidieuse et sont généralement sous-estimés par le patient. La
BPCO peut être associée à la bronchite chronique et/ou à l’emphysème
pulmonaire. La bronchite chronique est définie par une toux avec
expectorations au moins 3 mois par an sur deux années consécutives : son diagnostic est clinique.
L’emphysème correspond à une destruction du parenchyme pulmonaire : son
diagnostic est radiologique. L’absence de bronchite chronique et
d’emphysème ne permet pas d’éliminer le diagnostic de BPCO. La détection
de la BPCO basée sur un questionnaire simple vise surtout l’adulte de
plus de 40 ans, avec tabagisme supérieur à 15 paquets-année, présentant
des symptômes respiratoires tels que toux, expectorations, dyspnée,
infections respiratoires basses à répétition. Cependant la
sensibilité et la spécificité de ce questionnaire semblent insuffisantes
car le diagnostic de BPCO n’est pas un diagnostic clinique mais
spirométrique.

La spirométrie au moyen d’appareils miniaturisés permet le dépistage
précoce de l’obstruction bronchique au cabinet du médecin traitant,
avant même que les premiers symptômes inquiètent le patient et alertent
son médecin. Elle permet de mesurer les volumes pulmonaires et les
débits bronchiques du patient. La mesure du volume maximal expiratoire
en 1 seconde (VEMS) est un indicateur de la sévérité de l’obstruction
bronchique. La maladie est confirmée si le VEMS rapporté à la capacité
vitale du patient est diminué (rapport VEMS/CV < 0.7) malgré
l’inhalation d’un bronchodilatateur. La spirométrie a longtemps été du
ressort du pneumologue mais en 2017, un programme pilote de détection
précoce de la BPCO par les médecins généralistes a été lancé en France. L’objectif est que les médecins généralistes puissent effectuer des spirométries au cabinet et interpréter les résultats.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

SoignezConnecté

GRATUIT
VOIR